Actualité

Accompagner la filière pour rendre la pêche plus durable, une réforme prioritaire

Publié le 24/03/2021

Crédits : Laurent Mignaux - TERRA
Annick Girardin, ministre de la Mer, a présenté le 10 mars en conseil des ministres la réforme prioritaire de son ministère pour la période allant jusqu’à 2023. Il s’agira d’accompagner la filière pêche pour une exploitation plus durable des ressources

Le maintien d’une pêche en France et en Europe suppose de préserver les différentes espèces pêchées, en maîtrisant leur exploitation. Actuellement, 59 % des stocks (c’est-à-dire d’une espèce donnée dans une zone donnée) débarqués en France hexagonale sont évalués comme étant en bon état. Ce chiffre n’était que de 15% en 2000. Annick Girardin a déclaré que son objectif est de continuer à améliorer l’état des populations de poissons pêchées, pour atteindre 60% en 2022 et 65% en 2023.

Pour atteindre cet objectif, la ministre a identifié trois axes de travail.

59 %

des stocks débarqués en France hexagonale sont évalués comme étant en bon état

Mieux gérer les stocks sous quotas en appliquant la politique commune des pêches

Cela nécessite de s’assurer du respect maximal des quotas de pêche définis au niveau européen, en veillant à ce que les quotas soient respectés à plus de 95%.

Améliorer la sélectivité des engins de pêche et limiter ainsi l’impact sur les ressources marines qui ne sont pas ciblées par la pêche

Depuis décembre 2020, des pêcheurs français sont accompagnés pour acheter des équipements plus sélectifs dans le cadre de France Relance. De plus, 4,6 millions d’euros sont mobilisés par FranceAgriMer sur des projets innovants pour développer de nouveaux engins de pêche réduisant les impacts sur le milieu marin.

Accompagner les acteurs sur l’écolabel public « pêche durable » pour mieux informer les consommateurs

Un écolabel public « pêche durable » a été mis en place en 2017 mais ne compte pour l’instant que 2 pêcheries. Une campagne de communication va être menée cette année auprès de l’ensemble de la filière et du grand public afin de faire connaître cet écolabel, d’accompagner les pêcheurs volontaires dans leur processus de labellisation et d’augmenter dans les années à venir le nombre de pêcheries certifiées.

La question de la préservation des fonds marins et des ressources de la mer est primordiale. Mon rôle est de planifier en mer, cela implique aussi de planifier la conservation des espèces et des écosystèmes. Certains pêcheurs font déjà beaucoup pour faire concilier leur profession avec le 14e objectif de développement durable des États membres des Nations unies, la « conservation et l’exploitation de manière durable des océans, des mers et des ressources marines ». Le Gouvernement souhaite les encourager dans cette voie, par exemple en leur permettant d’acquérir des équipements plus sélectifs afin que le tri soit réalisé au fond et pas sur leur pont. Et grâce à l’écolabel Pêche durable, chacun pourra découvrir que sur terre comme en mer, il est possible de manger mieux tout en étant respectueux de l’environnement.

Annick Girardin

Ministre de la Mer

Pour en savoir plus