Discours

Intervention d'Annick Girardin - Présentation et signature de la Convention d’objectifs et de gestion ENIM 2022-2026

Publié le 08/02/2022

Intervention de Madame Annick Girardin, Ministre de la Mer lors de la présentation et signature de la Convention d’objectifs et de gestion ENIM 2022-2026 le mardi 8 février 2022 à Périgny - La Rochelle

Seul le prononcé fait foi.

Bonjour à tous, agents de l’ENIM, membres du conseil d’administration et du comité des parties intéressées, et représentants des administrations.

Merci Madame la Présidente pour ces propos introductifs qui permettent de situer les principaux défis de l’ENIM, que cette convention d’objectifs et de gestion 2022-2026 a pour but de préciser et d’accompagner.

Je tiens tout d’abord à saluer et à remercier mon collègue Laurent PIETRASZEWSKI avec lequel nous travaillons main dans la main pour construire l’avenir de l’ENIM.

Vous avez là deux ministres impliqués, qui se soucient de la préservation de ce bel outil au service de la communauté maritime.

Si l’ENIM est le premier système de sécurité sociale « moderne », créé sous Louis XIV ! Ce n’est pas un hasard. Les marins ont de tout temps été une population spécifique, exposés aux risques sociaux et professionnels, dans un environnement méconnu des « terriens », et à laquelle l’Etat a toujours dédié des mécanismes particuliers.

Nous avons pu observer une tendance de fond qui tendrait à la fusion dans le droit commun de ces spécificités : notamment laccompagnement professionnel versé au sein de pôle emploi, ou la suppression de l’inspection du travail dédiée. Et je ne suis pas certaine que nous y gagnions en efficacité, ni même en ETP.

D’ailleurs, à rebours de cette tendance, le président de la République a recréé un ministère de la mer ! Et au 1er mars de cette année, sera installée la direction générale des affaires maritimes, de la pêche et de l’aquaculture, mais retenez comme moi, la direction générale de la mer.

Je souhaite que son implication dans le cadre des travaux de l’ENIM soit renforcée.

Je suis très attachée à l’ENIM, et à ce guichet unique de services qu’il représente pour les professionnels

Certes, l’établissement doit continuer à se moderniser, comme il le fait depuis plus de 500 ans, mais je veillerai à ce que soit toujours préservée sa capacité à se mettre au service d’une profession règlementée complexe, difficile, peu comprise en dehors du cercle des initiés.

Cette longévité, cette élasticité même, l’ENIM le doit beaucoup à ses agents que je remercie et dont je salue l’engagement.

La convention que nous nous apprêtons à signer, témoigne de cet engagement politique fort.

La trajectoire que nous allons contractualiser en matière d’effectifs est beaucoup plus soutenable et correspond aux missions assignées à l’ENIM.

L’établissement a beaucoup donné ces dernières années - près de 130 réductions de postes en 10 ans, et nous avons fait le choix de mettre un terme pour les 5 prochaines années aux fortes baisses d’effectifs demandées jusqu’ici.  

La prévention des risques professionnels est un autre sujet qui permet de redonner toute sa place à l’ENIM en tant « quarchitecte » de la carrière des marins.

Le secrétaire d’Etat a détaillé ce point, il est majeur.

L’ENIM doit jouer tout son rôle dans cette politique de prévention.

Je voudrais insister sur deux points qu’il nous faut éclaircir avant la fin de l’année, peut-être même avant la fin de la mandature dans les grandes lignes :

  • la nécessité de clarifier rapidement le rôle de l’Institut maritime de prévention (IMP)
  • et l’implication attendue des professionnels.

Sur le premier sujet, je n’ai aucune difficulté à imaginer une exclusivité de l’IMP qui deviendrait le bras armé de l’ENIM en matière de prévention, tout en conservant son statut actuel.

La Direction des affaires maritimes (DAM) et la Direction de la sécurité sociale (DSS) doivent rapidement nous présenter une analyse juridique et nous faire des propositions en lien avec l’institut. Rappelons par ailleurs que l’IMP a besoin de développer son ancrage territorial. Je pense opportun de travailler à une plus grande coopération entre l’IMP et le service social maritime. Avant l’été, je suggère que ces deux structures, en lien avec l’ENIM, puissent nous faire des propositions de rapprochement. 

Sur le sujet de l’implication des professionnels, le secrétaire d’Etat s’est largement exprimé, je n’y reviendrai pas. Je précise

Qu’il ne s’agit pas d’un objectif purement comptable. Il s’agit d’impliquer au mieux les employeurs dans la prévention des risques qu’encourent  leurs salariés.

C’est aussi une question d’image et d’attractivité pour ces métiers. 

J’évoquerais aussi la modification de la composition du conseil d’administration que nous avons décidé. Cette évolution nous est apparu indispensable, nous voulons quelle soit mise en œuvre dans les plus bref délais.

Nous demandons à ce que le décret en cours de préparation soit concerté avec le comité des parties intéressées et examiné par le conseil d’administration avant la fin du mois de février.

Une meilleure représentation des professionnels est une nécessité au sein d’un établissement qui devient pilote de cette politique de prévention des risques.

Permettez-moi également de rajouter deux mots sur la Déclaration sociale nominative, qui constitue un souci quotidien pour les armements, les salariés et l’ENIM.

Nous avons pleinement conscience de l’inadaptation de l’outil aux spécificités du maritime et aux besoins de l’administration et des professionnels.

L’accroissement du taux de recours ne résout pas les questions de fiabilité des données recueillies, notamment des lignes de services des marins, ni la question du recouvrement des prélèvements spécifiques (Service social maritime SSM, comité régional des pêche).

Nous avons donc missionné l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale des affaires maritimes (IGAM) pour qu’ils nous proposent avant l’été une solution concrète et efficace permettant de remédier à ces difficultés.

L’armateur, le patron pêcheur, le marin, le pensionné sont au cœur de mes préoccupations.

J’ai d’ailleurs placé l’humain au centre des exercices que je conduis, que ce soit le Fontenoy du maritime dans lequel l’ENIM a été particulièrement impliqué, ou encore le plan pour une pêche durable annoncé par le président de la République.

Demain, j’ouvrirai dans le cadre de la Présidence française de l’Union européenne un colloque sur l’emploi et les compétences maritime à l’échelle de l’UE. Et le One océan Summit qui se tiendra à Brest dans la foulée fait la part belle aux problématiques sociales, que ce soit à la pêche (ratification de l’accord du Cap) ou au commerce (soutien à l’amendement déposée par la France à la convention internationale du travail maritime).

Le marin, c’est le cœur de réacteur de la France maritime.

Toutes mes décisions vont dans le sens du marin, du développement de l’emploi et des compétences maritimes en France, je pourrai ainsi citer :

  • Le doublement d’ici à 2027 des promotions à l’Ecole nationale supérieure maritime (ENSM),
  • l’octroi d’une aide à l’emploi maritime pour tous les secteurs économiques de la marine marchande,
  • l’accompagnement mis en place dans le cadre du Brexit et des crises Covid, et la défense de nos zones de pêche

Ou encore l’action que je mène en matière de formation au sein des lycées professionnels (avec la nomination d’un coordinateur, la structuration de la formation continue, et l’ouverture de 4 classes de BTS à la rentrée 2022).

Mesdames et Messieurs,

L’ENIM est un acteur indispensable, il se doit d’être à l’écoute des professionnels, au plus près de leurs attentes, et il doit accompagner cette voie bleue du progrès voulue par le président.

Merci, madame la Directrice, Madame la Présidente, pour votre engagement au service de ce bel objectif. Merci aussi aux autorités de tutelles ici représentées, la Direction des affaires maritimes et la direction de la sécurité sociale, leur soutien à l’établissement est indispensable.

Cette Convention d’objectifs et de gestion nous donne toutes les clés pour être au rendez-vous de nos ambitions, je suis ravie de pouvoir la signer en votre présence à tous.