Communiqué de presse

Annick Girardin a présenté sa stratégie pour pérenniser la navigation des grands yachts aux acteurs de la grande plaisance en Méditerranée

Publié le 10/09/2021

Annick Girardin, ministre de la Mer, a rencontré les acteurs de la grande plaisance en Méditerranée le jeudi 9 septembre 2021, à l’occasion de son déplacement au Cannes Yachting Festival. La ministre a pu faire un premier bilan de la saison estivale 2021 avec les acteurs de ce secteur et a présenté sa stratégie en 4 axes pour pérenniser la navigation des grands yachts.

Structurée autour de la navigation et les services (entre mai et septembre) et la maintenance durant l’intersaison, la grande plaisance est un véritable atout économique pour la France. A titre d’exemple, un yacht de 40m comprenant 3 à 8 membres d’équipage accueilli à l’année permet à un port de récupérer jusqu’à 3 millions d’euros par an. La grande plaisance génère ainsi près de 3 milliards d’euros de retombées économiques directes et indirectes et 15 000 emplois, essentiellement en Région Sud.

Depuis son arrivée à la tête du ministère de la Mer, Annick Girardin a pris des mesures pour maintenir l’accueil des grands yachts dans les eaux françaises. La ministre de la Mer a annoncé sa stratégie pour pérenniser la navigation des grands yachts, un des enjeux étant de préparer au mieux la saison estivale 2022. Cette stratégie repose sur 4 axes :

  1. Préservation de la  qualité environnementale avec la mise en place de coffres de mouillages dans des sites préservés et emblématiques à l’horizon de la saison 2022.
  2. Maintien d’un très haut niveau de service aux yachts avec un guichet unique pour les démarches administratives.
  3. Maintien des compétences et des savoir-faire au sein des entreprises en particulier dans le secteur du refit et de la maintenance.
  4. Promotion de la destination « Yachting France » à destination des professionnels de la clientèle française et étrangère.

Le retour du ministère de la Mer après 30 ans d’absence a permis aux acteurs de la grande plaisance de disposer d’un interlocuteur unique, capable de porter une stratégie ambitieuse en faveur d’un « Équipage France ». Ce secteur est un atout pour nos littoraux et pour notre pays en matière économique mais également en matière de rayonnement à l’international. Depuis plus d’un an, un travail de consolidation des données concernant la filière a été entrepris par le ministère de la Mer et ses équipes, en particulier sur le poids économique et sur les métiers concernés. Cet effort doit être poursuivi lors des prochaines années, en concertation avec les acteurs de la filière et les habitants des littoraux concernés, dans le respect de la biodiversité qui fait le charme et l’intérêt du mouillage le long de nos côtes.

Annick Girardin