France Mer 2030 : vers le navire zéro émission

France Mer 2030 désigne la démarche portée par le Gouvernement pour la décarbonation du secteur maritime et pour la transition vers le Navire Zéro Emission.

Mis à jour le 05/12/2022

La France est engagée dans une démarche de décarbonation du secteur maritime. En 2018, l’Organisation Maritime Internationale (OMI) a fixé un objectif de réduction de 40% des émissions de C0² d’ici 2030. A l’horizon 2050, le Green Deal de l’Union européenne et la loi climat résilience visent une réduction de 50% de toutes les émissions.

Une démarche innovante

Afin d’atteindre ces objectifs, le Gouvernement a initié la démarche France Mer 2030 pour fédérer le secteur public et le secteur privé autour de l’objectif Navire Zéro Emission. Cette démarche innovante va s’appuyer sur la feuille de route de décarbonation maritime qui sera élaborée en concertation avec les partenaires au 1er trimestre 2023. L’enjeu principal sera de définir une trajectoire de décarbonation pour chaque segment de la flotte : commerce, pêche, plaisance.

« France Mer 2030, c’est la stratégie maritime à moyen terme de la France, un cap commun avec comme ligne d’arrivée le CIMER 2023 et comme horizon le Navire Zéro Emission. »

Hervé Berville.

Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargé de la Mer

Des actions concrètes pour l’innovation

L’ambition du gouvernement est de mobiliser 300 millions d’euros de financements publics d’ici la fin du quinquennat pour soutenir l’innovation et accélérer la décarbonation du secteur maritime. Quatre défis seront au cœur des discussions France Mer 2030 :

1. Lever les verrous technologiques

France-Mer 2030 offrira « un guichet unique de l'Etat dédié uniquement à la décarbonation du maritime et à l'innovation ».

 

Une équipe dédiée au sein de la Direction Générale des Affaires Maritimes de la Pêche et de l’Aquaculture (DGAMPA) du Secrétariat d’Etat chargé de la mer sera chargée du suivi des négociations à l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et à l’UE et de l’accompagnement des porteurs de projets de décarbonation des navires.

2. Faire de l’industrie française une pionnière du navire zéro émission

L’Institut national de décarbonation du maritime Meet50 sera créé pour recenser les projets existants et apporter un appui technique et administratif aux porteurs. Elle veillera à ce que la décarbonation du maritime bénéficie à des entreprises françaises et soit créatrice d’emplois sur le territoire.

 

Le ministère va également mettre en place les Jeudis de l’innovation maritime pour créer une synergie entre les différents acteurs : entreprises, start-ups, compagnies maritimes, chantiers navals, étudiants et services de l’État.

3. Développer le rétrofit et lancer la filière de déconstruction navale

Le ministre a annoncé lors des Assises de l’économie de la mer, être favorable à la mise en place d’une prime à la casse en échange du démantèlement des plus gros navires de commerce dans un chantier agréé.

 
Deux objectifs : renouveler la flotte et accroître l’attractivité et la compétitivité des chantiers européens.

4. Décarboner les navires de la pêche et de la conchyliculture

Un fonds d’amorçage de 6 millions d’euros a été lancé pour encourager les projets qui innovent dans les solutions alternatives aux énergies fossiles.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Sujet de votre message