Actualité

Suivi de la période à risque pour les captures accidentelles de petits cétacés en Atlantique

Publié le 14/01/2021

Dauphin près des côtes, Polynésie française
Crédits : Olivier Chatté / Terra
Depuis plusieurs années, les échouages de dauphins en liaison avec les activités de pêche dans le golfe de Gascogne sont en augmentation. Cette situation très préoccupante demande la mobilisation de tous les acteurs concernés, aux échelons français et européen.

Depuis 2017, le groupe de travail national, piloté par le ministère de la Mer (DPMA) et le ministère de la Transition écologique (DEB), composé de toutes les parties prenantes de la façade Atlantique (administrations, scientifiques, ONG, professionnels de la pêche), a pour objectif de mieux comprendre ces interactions entre les activités de pêche et ces espèces protégées afin de mettre en place des mesures pour limiter ces phénomènes de manière pérenne et en coconstruction avec les professionnels de la pêche.

La France met en place, cet hiver 2020-2021, un plan d’action ambitieux fondé sur l’amélioration des connaissances sur ces interactions entre les activités de pêche identifiées à risque et sur l’état de la population de dauphins communs en Atlantique nord-est. Des mesures réglementaires composent également ce plan d’action.

Ces actions ont fait l’objet de discussions avec les autres États membres présents dans le golfe de Gascogne, en particulier l’Espagne et le Portugal. Une recommandation conjointe, élaborée avec l’Espagne, a été transmise le 22 octobre 2020 à la Commission européenne pour porter des mesures réglementaires et de connaissance au niveau européen.

Un bulletin, bi-hebdomadaire et publié sur le site du ministère de la Mer, permettra de suivre la mise en œuvre des actions du plan national, pour la période à risque du 15 décembre 2020 au 30 avril 2021. Un suivi des signalements des échouages de cétacés sera également intégré à ce bulletin.